Opticien zéro déchet #1

Par CaroleGreenerMummy

Avant de rentrer dans le vif du sujet (si un opticien zéro déchet c’est possible ou pas), faisons un état des lieux. Cela permettra de savoir d’où est-ce que le secteur part…

ETAT DES LIEUX

Quelques chiffres à noter pour le secteur de l’optique lunetterie :

  • 13 millions de lunettes de vue vendues en France en 1 an
  • avec 13 millions de sachets plastique qui emballent toutes ces montures (sans compter le sur-emballage)
  • 26 millions de verres montés sur les lunettes
  • 48 tonnes* de mouchoirs en papier jetés pour essuyer le verre à la sortie de la machine à tailler les verres (en moyenne 3 mouchoirs pour chaque montage…)
  • 390 000 m3 d’eau* utilisés pour effectuer les montages
  • 26 millions de calibres de presentation (verres neutres sur les montures neuves) jetés à la poubelle
  • 195 tonnes de papiers* administratifs livrés pour chaque équipement . Sauf s’il y a une télétransmission informatique, cela se réduit à 65 tonnes
  • Et 13 millions de sacs plastique qui accompagnent tous ces achats

Cela donne une idée globale de la quantité de déchet produit chaque année dans ce secteur.

Notez que, pour la fabrication d’une monture (hors métal et en injecté), seulement 20% de la plaque est utilisé. La proportion est la même pour la fabrication d’un verre organique à partir d’un palet.

Il faut 400 ans à une matière plastique pour se décomposer. Pour l’acetate de cellulose, les moyennes sont de 2 ans… mais les bactéries microscopiques qui aident à la décomposition, n’en sont pas fans…

Et si ces matières sont jetés à la poubelle, cela passe dans les incinérateurs : sachez que vos montures en acétate de cellulose, chauffées entre 175 et 250°C, dégagent des aldéhydes (formaldéhyde (FT-7) 11 , acrylaldéhyde (FT-57) 12 , butyraldéhyde), pouvant être très toxiques.

Et je vous fais grâce du mâchefer d’incinération

Bref, il est important de choisir en amont son produit avant tout achat. Et il est de notre devoir d’être conscient de l’impact de nos achats pour le proposer aux clients.

OPTICIEN (presque) ZÉRO DÉCHET

Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas : phrase universelle à se dire avant tout achat.

Mais dans le monde de l’optique lunetterie, il est difficile à produire du zéro déchet, mais pas impossible de faire du PRESQUE zéro déchet.

Le zéro déchet se base sur le principe des 5R, inspiré par Charles H. Kepner dans les années 1950, avec  Benjamin Tregoe. Leurs découvertes sont devenues des bases de processus rationnel dans le marketing et le management. 

Leurs recherches permettent de comprendre ce cycle pyramidal qui nous pousse à produire des déchets.

zéro déchet
  1. REFUSER : Refuser ce dont on n’a pas besoin. Cette étape est la plus difficile à appliquer. Mais dès que l’on réussit, les résultats sont énormes.
  2. RÉDUIRE : si on on ne peut pas refuser, alors il faut réduire la quantité dont on a besoin.
  3. RÉUTILISER : si on n’arrive pas à refuser, ni à réduire sa consommation, alors, il faut pouvoir le réutiliser.
  4. RECYCLER : si on n’arrive pas à le réutiliser à l’infini, il faut que cela puisse se recycler.
  5. RÉINVENTER : cela remplace le R anglais ROT (composter). L’idée est qu’il faut, in fine, trouver une autre utilité complètement différente afin d’éviter que cela termine à la poubelle.

SOLUTIONS

Concrétement, qu’est-ce que cela donne?

  • Préférez des produits avec le moins d’emballage possible. Si en amont, l’opticien choisit un produit non sur-emballé, l’achat du client sera encore plus valorisé.
  • Privilégiez des conditionnements recyclables si vous ne pouvez pas éviter les emballages.
  • Choisissez des produits qui durent dans le temps afin qu’ils soient réutilisables. Le client sera ravis de savoir que le produit que vous lui conseillez résistera avec la manipulation et dans le temps. Car c’est aussi un gage de qualité.
  • Réutilisez au maximum vos feuilles en brouillon et vos cartons pour vos envois divers. Mais ça, les opticiens sont forts sur ce point, et c’est extra!
  • PARTAGEZ : partagez vos ressources avec vos voisins. Des sachets plastiques pour la mercière du coin, des cartons pour un futur déménagement d’un client, ou le marc de café à recycler chez le cafetier du quartier… Il y a surement un Système d’Echange Local (SEL) près de chez vous (ou à créer..).
  • Triez bien vos déchets. Le papier et le plastique deviennent des gestes de tri courant. Mais ne pas oublier les produits chimiques, les piles, cartouches, ampoules, néons etc…

ACTIONS

Dès aujourd’hui, vous pouvez aller encore plus loin.

Un accompagnement pour opticien en transition écologique a été mis en place.

  • Vous avez la possibilité de commencer doucement par 4 guides, dont le 1er est OFFERT.
  • Vous pouvez aussi commencer directement par un accompagnement sur-mesure et en direct. Il comprendra les 4 guides, dont 1 OFFERT, de la Formule découverte.
  • Ou alors, vous préférez aborder qu’un seul sujet pour commencer ou à approfondir. Il comprendra les 4 guides, dont 1 OFFERT, de la Formule découverte car c’est la base de toute transition ecologique.

A vous d’être le changement du secteur d’optique lunetterie! Je vous aiderai à y arriver.